PARLER DE LA SEXUALITÉ AUX ENFANTS - Danièle Flaumenbaum

Vous pouvez profiter d’un extrait de la conférence ci-dessous :

Vous pouvez retrouver cette conférence et celles des autres experts dans les Coffrets du Sommet de la Sexualité de Vie :


Posez vos questions à Danièle Flamenbaum dans les commentaires :

Répondre

23 Réponses

  1. Véronique Cappello

    Quelle joie de retrouver Danièle à cette occasion…Toujours aussi simple, authentique et pertinente…
    Véronique (une ancienne amie de Médecine chinoise)

  2. Katarina

    Merci, merci.
    A Maïtie et Fabien pour ce fabuleux sommet, sommet qui célèbre la vie. Vidéo après vidéo, je sens des portes qui s’ouvrent en moi. Ça met de la simplicité pour un sujet que j’ai trouvé compliqué à discuter. La première fois que ma mère m’a parlé de sexualité, c’est à 18 ans, j’avais un petit copain, et je partais en vacances avec lui, elle m’a dit « je ne veux pas être grand-mère maintenant » … Ouah ….
    Merci, merci à Danièle dont j’ai dévoré le premier livre il y a quelques années, et que je vais sans doute ressortir de mon étagère.
    Les trois piliers chez moi … la sexualité, cf ci-dessus. La mort … pas mieux, ma mère m’a annoncé la mort de sa propre mère dans notre pays d’origine, un mois je crois après qu’elle l’ait su. J’étais en déplacement pour mon travail, et elle ne voulait pas me déranger.
    Mes origines, ma naissance ?… ça au moins je sais que ma naissance s’est passée très très bien, super facile. (bon j’ai appris après mon premier accouchement qu’elle avait aussi eu très mal, mais elle a préféré ne pas me le dire pour ne pas me faire peur).
    Bon, je ne viens pas ici lancer des pierres à ma mère, elle a fait, et elle fait comme elle a pu avec son histoire et son époque. Mais j’avoue que je trouve mon héritage un peu lourd, et que j’essaye comme je peux de m’en dépêtrer.
    Une première question, comment couper cette fidélité transgénérationnelle d’avec sa mère et ses grands-mères ?
    Ensuite, en tant que maman, vos paroles m’ont beaucoup apporté. Je parle déjà avec les vrais termes à mes enfants, vulve, sexe, pénis, testicules. Mais d’entendre qu’on peut aller même plus loin, en parlant du plaisir qu’ils ressentiront plus tard, c’est nouveau pour moi, et en même temps tellement simple. Je me souviens il y a quelques mois de ma fille (3 ans maintenant) nue au moment d’aller se mettre en pyjama, observant son sexe, osant à peine le toucher. Je lui ai dit que c’est sa vulve, qu’elle peut la toucher, que c’est à elle. Elle a passé ensuite quelques minutes à rigoler, à la toucher, à rire. C’était assez magique pour moi, de voir son émerveillement. Par contre, elle a comme une gêne depuis quelques mois aussi, avant cette découverte dont je viens de parler, quand on vient la nettoyer au moment du change. Elle a eu une période où elle ne voulait vraiment pas qu’on lui touche la vulve. Elle a appris à le faire seule, mais quand elle faisait caca, je devais quand même le faire aussi. Et maintenant, elle accepte, mais elle est très très sensible . C’est comme si la sensibilité est apparue vers ses 2 ans. Est-ce que c’est courant ? Est-ce que c’est une trop grande sensibilité ? Je n’ai aucun souvenir de mes premières années, et de la manière dont j’ai moi-même découvert mon sexe.
    Enfin, j’ai aussi un petit garçon. Vous avez surtout parlé des mères et leurs filles. En tant que mère, comment aborder la sexualité avec mon fils, vu que je n’ai pas de pénis et donc pas l’expérience qu’il aura plus tard en tant qu’homme. Après, il est évident que ça sera dans le lien avec son père que la plus grande partie de l’échange se fera.

    Merci encore pour tous ces apports.

  3. Delphine

    Oh merci !!!!!!!!!!!!!! « Application en direct » avec ma fille de 5 ans qui m’appelle car cela « l’irrite dans son intimité » me dit-elle…… « Viens, nous allons passer de l’eau sur ta vulve »……… 🙂 … « C’est quoi la vulve maman ? » ….. J’aime ces synchronicités de vie !!! Oh merci Danièle…. c’est un plaisir de vous réentendre ! Cette conférence Femme désirée Femme désirante me soutient quasiment dans mon quotidien ….

  4. Isabelle

    Merci pour tant de justesse, de profondeur dans la simplicité de ce qui est. Ce fut un plaisir de découvrir de visu l’auteure, la femme vivante, émerveillée et transmetteuse de sagesse. Gracias

  5. yveline

    Je suis une Grand-mère – par quoi commencer avec un garçon de 9 ans et une fille de 11 ans quand il n’y a pas eu beaucoup de communication sur le sujet – merci

  6. Bonjour. Merci Danièle pour tant de richesse nourrissant toutes les parts en moi : avant, enfant, ado, femme grand mère nouvellement. J’ai ressenti à vous entendre comme une cascade de cubes s’imbriquant les uns dans les autres faisant le lien entre notre origine et de dont on est , un fil de vie , une trame , telle une colonne vertébrale sur laquelle s’appuyer, être mobile.
    Tout ce dont vous nous avez fait part m’a parlé en ces divers niveaux de moi même.

    Quant à parler librement avec les enfants, la tendance est là présente. Comment peut elle se vivre concrètement dans notre vie actuellement, vis à vis des parents j’imagine pour certains grand parents, quand des blocages sont encore présents (chez les parents), et dans la vie quotidienne.

    Pour avoir travaillé en école en maternelle surtout, je sais que la question s’est posé à moi concernant mon ressenti, ma façon naturelle de faire, et le cadre, l’école , personnel enseignant, les parents , la société qui fait que par moments, c’est d’une gravité incroyable où simplement toucher un enfant, ou dire certains mots est si mal interprété, et même j’ai trouvé que d’un coté il y est les êtres qui s’ouvrent, deviennent conscients, et de l’autre des peurs surdimentionnées complètement hors contexte pesant lourdement, et freinant le naturel bienfaiteur de la simplicité de la vie.

    Il me semble que notre monde est encore sacrément coincé et qu’il rajoute des difficultés, même.
    Pas simple me semble t-il d’agir en respect de son ressenti, de soi et d’autrui, dans certains contextes.

    Sourire, à présent il me reste à être encore plus détendue et confiante dans cette manière naturelle de communiquer et transmettre.

    Merci à vous deux, pour cette précieuse interview.

    Salutations respectueuses et joyeuses.

    Marie claire

  7. johana

    Merci infiniment pour tous ces partages de connaissances et d’expériences ! ! ! C’est si précieux pour moi qui suis une « jeune maman » de 2 enfants. Ça me donne plus de confiance et de simplicité pour Parler de ce sujet avec mon entourage. Notamment avec ma belle mère ! ! ! Ça fait un bien fou ! Merci aux organisateurs et à tous les invités de nous ouvrir des portes d’un Monde -avec un grand Aime- jusqu’ici quasi inconnu. Merci pour ces généreuses et salutaires contributions à l’éclosion d’un monde plus humain. Belles suites à vous tous.

  8. Catherine

    Merci Danièle, Comme je sais bien de quoi vous parlez pour avoir découvert l’ orgasme, une sexualité de vie tardivement dans ma vie de femme, avec le souvenir toute gamine de phrases réductrices, et culpabilisantes sur le sujet. Je n’oublierai pas quand je serais grand mère de parler à mes petits enfants de sexualité comme vous l ‘évoquez.. Votre livre « FEMME DESIRÉE FEMME DESIRANTE  » à sa sortie m ‘a ouvert les yeux sur ce passé d ‘ignorance et je viens d ‘acheter le dernier que vous venez d ‘écrire, Merci pour toute cette simplicité et cette justesse . Oui.Il est grand temps que tout cela change en effet . bien cordialement et merci à Maité et Fabien pour ce sommet si magnifiquement mené.

  9. laurine

    Bonjour à vous et merci pour cette belle conférence. Pouvez vous me dire lorsque des ados(entre 12 et 15 ans) vous demande à partir de quel age elles pourront rencontrer l’autre sexuellement je peux répondre: à part respecte toi, soit en accord avec cela, ne le fais pas si tu n’es pas prête juste pour faire plaisir ou plaire à l’autre. Y a t’il un impact sur la santé si cela et fait trop tôt?Pour info leurs parents n’ont jamais parlé de cela avec elles, et encore moi pendant la période 3-7 ans.merci à vous.

  10. françoise

    merci à Danielle pour sa maturité pleine d enseignements, pour les mots qu’elle nous donne pour pouvoir aborder ce que des générations de non dit ont tu
    osez l’émerveillement de la découverte est une belle phrase que j’emporte

  11. Marie-Christine Eustache

    Je clôture ce sommet en visionnant cette conférence que je n’avais pas pu voir plus tôt.
    Merci d’avoir permis les replay durant 24h 🙂
    J’ai trouvé cette conférence très intéressante, encore un autre point de vue, une autre dimension pour ce sujet si vaste.
    Merci à Danièle Flamenbaum pour tant de simplicité, de clarté.

  12. Je veux remercier particulièrement Danièle Flamenbaum, je n’ai malheureusement pas d’enfant, enfin pour l’instant, alors j’ai failli ne pas regarder cette conférence et puis ma curiosité l’a emporté. Et là !! surprise !! cette conférence est tout simplement une énorme clé, une clé si précieuse dont j’avais besoin, j’ai une sexualité tellement douloureuse infection urinaire à chaque rapport, oui, oui à chaque fois depuis tellement d’années. J’ai fait un gros travail sur moi, mais je n »avais jamais entendu parlé de ces clés que vous nous avez offerte avec tellement de générosité! alors MERCI tout simplement MERCI de venir compléter la conférence de Mantak Chia et ainsi m’aider à aiguiller mon travail pour que bientôt je puisse moi aussi m’épanouir dans ma féminité et ma sexualité.
    Avec beaucoup d’émotions et de reconnaissance MERCIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Nathalie

  13. Et oui, les femmes ont un sexe et le dire aux petites filles. Mais Freud a dit ce que beaucoup d’homme pensaient, les femmes sont frustrées de l’absence de pénis ! Un message fort qui marque l’ambiance…. et la peur vient souvent de ce qui est caché.

  14. Servet

    Quelle belle leçon de vie, quelle clarté ….quelle authenticité ..quelle belle et grande « d’Âme » ..
    Merci infiniment pour vos livres et vos mots de ce soir …
    merci de l’avoir reçue pour vivre ce grand moment !

  15. Arrighi Monique

    Merci Danièle, c’est toujours vivifiant pour moi, grand-mère, de t’entendre et de réentendre encore ! Je vois le chemin à parcourir, pour devenir enfin « grande » c’est-à-dire à l’aise avec mes 2 fils, mes belles-filles et mes 4 petits-enfants( 2 garçons jumeaux de 15 ans, 1 fille de 9 ans et 1 garçon de 5 ans. Une question : tu dis que la petite fille a trois orifices et son sexe est à l’intérieur de son corps. Ok mais que dis-tu de son clitoris ? l’ embryon est indifférencié. durant les premières semaines. ensuite, il y a aura une différenciation masculine ou féminine. Ce qui explique que le clitoris est l’équivalent biologique du gland du pénis, l’enveloppe du pénis correspond aux petites lèvres et l’enveloppe des testicules correspond aux grandes lèvres qui se sont refermés chez le garçon (la cicatrice est visible). un petit cours ! excuse-moi. J’ai besoin de preuves scientifiques ! en tant qu’ex prof de svt. ça m’aide à expliquer.
    A bientôt
    Monique et grand merci de ton intervention

    1. Danièle Flamenbaum
      Danièle Flamenbaum

      Merci de ton message qui m’oblige à bien préciser ma pensée.

      Je ne suis effectivement pas assez claire par rapport au clitoris.
      Ce n’est pas pour l’évincer mais juste pour insister et faire vivre ce qui ne se voit pas.
      Comment les choses invisibles et déniées sont d’autant plus méconnues et inconnues au bataillon du plaisir.

      Oui le clitoris existe, est un haut lieu du plaisir et tu le décris parfaitement bien.
      il est à l’extérieur et le plaisir qui harmonise , détend, calme n’est pas branché sur la communication avec l’autre, le partenaire. Ou alors, l’autre est alors l’enfance, la mère;
      dans mon expérience, il n’est pas évolutif.

      L’orgasme que provoque le clitoris peut, pour moi, diminuer le désir d’être pénétrée et empêcher d’aller plus loin, dans la rencontre et l’échange de l’intériorité avec l’autre; où là,
      tout est évolutif sans limite supérieure!

      Oui, tu as raison, la fille n’a pas seulement trois trous; elle a trois trous et un bouton.

      Bien à toi,

      Danièle

  16. anais

    Votre Commentaire…Merci pour votre intervention très intéressante.
    Je ne pourrais pas dire à mes filles et petites filles que leur sexe est à l’intérieur, car c’est tout de même un déni du clitoris, et des grandes et petites lèvres, qui me semblent essentielles au plaisir. je pourrais leur dire qu’une partie est à l’extérieur, un peu cachée, aussi jolie qu’une amande fendue, que la vallée des merveilles, et qu’une partie est à l’intérieur, et leur permettra d’avoir des bébés plus tard…

  17. So

    La simplicité des mots pour parler de sexualité! Cela semble tellement évident après vous avoir entendu parler! Merci pour ces belles ouvertures que vous nous offrez!

  18. Or

    Merci 🙂 Je n’ai pas très bien compris ce lien d’amour dans le corps, en distorsion avec l’énergie qui « surgirait » du sexe… Être dans l’amour et l’ouverture du cœur, peut ouvrir la « trajectoire » vers le chakra rouge, non ? Les histoires entre le trajet sexe-coeur et coeur-sexe s’alignent dans l’union, non ? Comme dans les états « amoureux »?

  19. Marie-France

    Merci Merci Merci, d’une grand-mère à une autre grand-mère!!! Figurez-vous qu’avec ma petite-fille de 12 ans et mon chum (expression québécoise) de 74 ans et moi 67 ans, nous avons regardé ensemble l’une des conférences du Sommet de la Se… ualité de Vie!!! J’en n’en croyais pas mes yeux et ce fut un moment magique.. Merci Maitie et Fabien pour toutes ces informations majeures et uniques et de tout l’excellent travail que vous faites. Mes petits-enfants, très éveillés, m’apprennent et je leur apprends. Super bel échange. Vive la Vie…. Au plaisir de vous revoir…

Top